Métier d’Antan : le Chaudronnier

C’est avec l’apparition des métaux et plus particulièrement du cuivre, que naquit le métier de chaudronnier, fabricant de chaudron et d’ustensiles utilitaires. C’était il a plus de 5 000 ans. 

Le chaudronnier auvergnat travaille principalement le cuivre et l’étain, il façonne des ustensiles d’usage domestique, les répare et en fait le commerce. L’auvergne n’étant pas un producteur de cuivre ou d’étain, le chaudronnier récupére ou achète des matériaux usagés et les apporte après les avoir fondus aux moulins à martinet pour les faire battre en plaques. Il pouvait également se procurer ces plaques directement auprès de ces moulins dont l’approvisionnement en métaux venait par l’Aquitaine d’Espagne ou de Suède.  

chaudronnier.jpgLes chaudronniers modèlent les formes à la main à partir de ces plaques et assurent l’assemblage par soudure et emboitement. Défense leur était faite à Aurillac, sous peine d’amende de travailler de nuit pour ne pas nuire au sommeil des voisins.  Cette industrie ne s’est pas limitée à fournir la vie locale, elle s’est répandue dans tout le royaume de France et dans les pays voisins. On les retrouve nombreux à Paris, en Bretagne, en Aquitaine mais aussi en Belgique et en Espagne. 

Après les travaux des champs, à l’entrée de l’hiver, des adultes mariés mais aussi des jeunes gens commis de leur père ou d’un voisin, partent avec des charrettes attelées de mulets pour vendre, raccommoder les ustensiles et acheter du vieux cuivre, en traversant les villages ils utilisaient un sifflet pour avertir les habitants des lieux de leur passage. Leur migration durait de huit à vingt quatre mois, certains ne reviennent pas, s’installent dans ces nouvelles contrées et y font souche.

Le chaudronnier réalise des ouvrages tels que des chaudrons, casseroles, marmites, seaux, fontaines pour se laver les mains et le visage, des bouilloires, lampes à huile, bassinoires et aiguières, mais il fabrique également des objets d’art religieux en cuivre ou en laiton.  

D’importantes batteries de martinet furent installées près de Dinant en Belgique ; cette ville rassembla au 18ème siècle une importante corporation de chaudronniers, d’où le nom de « dinandiers »  attribué à ces artisans.

ustensiles.jpg

Bibliographie

Auvergne – Pierre-François Aleil – 2005 Edition Christine Bonneton

L’émigration auvergnate en Bretagne – Serge Duigou – 2004 Editions Ressac

Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin – Abel Poitrineau – 1985 Malroux-Mazel

Site Garcelon – Réseau d’émigration Auvergnat dans le sud de l’Aragon

Site Souquieres – Maison en châtaigneraie

Gravure XVIIe siècle – Collection M-E Journiac 

GSDS – MC2009 


  • Album : Enseigne 2011
    <b>1preparationdesporteursdedrapeaumauriceetalain.jpg</b> <br />

Recherche dans les Archives

Cette recherche s'effectue exclusivement dans les articles et pages publiés.

Recherche Patronymes

Pour une recherche patronymique dans la base des Généalogies Souquiere(s), visiter la page Patronymes

Auteur : MyC

souquieres


Fédération Régionale des MJ... |
Aides aux démunis du Cambodge |
Nous les retraités (ées) CG... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 4L TROPHY 2009 - Tech de Co...
| Association des Résidents d...
| Les illusions de la Lionge