Archives pour la catégorie Genealogie



Souquieres : une Nouvelle Branche

Une nouvelle branche repérée AA, vient d’être créée. Elle naît vers 1650 à Roannes, et comporte déjà 154 descendants parmi lesquels Antoine De VERDELON, chevalier et seigneur de Roannes de 1766 à la révolution. Cette branche croise les branches L (DELCAMP), M (LAPART), D (BARANDE), T (ALIDIERES) et O (DANGUILHEM).

L’acte fondateur a été trouvé par Yvette dans les fonds du notaire Delarmandie :

14.1.1698, à Morqueyrols, Roannes et maison d’Antoine Canis marchand, contrat de mariage :

Laurent Veyrieres marchand et Antoine Veyrieres son frère fils à défunts Pierre et Philipe Souquière originaire et habitants du village de Mazeyrac, Roannes, Antoine Veyrieres majeur de 25 ans et maître de ses droits

Antoine Moynac et Marie Canis sa femme, Madunhac, Roannes, le dit Antoine Canis de son agrément Marie Canis sa fille de défunte Jeanne Reygasse habitant Morqueyrols.
Antoine Moynac agréant le mariage donne à sa nièce par donation entre vifs la moitié de tous ses biens en quoi qu’ils puissent être chargés de la moitié des dettes sous la réservation de l’usufruit de tous les biens sa vie durant, supportant les charges du mariage, et le dit Antoine Canis père lui constitue en dot à Marie Canis sa fille 700 l pour tout droit de légitime qu’elle pourrait prétendre sur les biens de son père et de sa défunte mère.
Antoine Veyrieres s’est constitué en dot 1000 l dont 700 pour le legs à lui fait par ses défunts parents en leurs testaments et 300 l qu’il a en bestiaux. Laurent Veyrieres voulant favoriser le dit mariage lui paye 500 l en déduction des 700 léguées par ses parents.

Marie Canis épouse Moynac donne à sa nièce 30 l à prendre sur Pierre et Agnès Moynac ses beau frère et belle sour.
Pour gain de survie ils se donnent 100 l.

Marie, une des filles du couple Antoine VEYRIERES – Marie CANIS a épousé François De VERDELON, écuyer et seigneur de Roannes le 7 novembre 1724 à Roannes. François était veuf de Marie De SALSAC avec qui il eut 9 enfants. Il eut 14 enfants avec Marie et 2 enfants jumeaux, illégitimes avec Hélène LACASSAGNE. Seuls 12 des 25 enfants atteignirent la majorité.

Antoine De VERDELON, son aîné, chevalier prit le titre de Seigneur de Roannes à la mort de son père le 12 novembre 1766. Après la révolution, la famille abandonna la particule, qu’elle repris vers 1830.

Antoine De VERDELON épousa Marguerite Louise DELOLM de La LAUBIE.

GSDS2009

Souquières : Branche 21 supprimée

Deux familles homonymes font partie de notre base.

Jean BONAL et Anne SOUQUIERES

Jean BONAL et Anne « Jeanne » SOUQUIERES

Après vérification des actes, ces deux familles sont les mêmes et se complétent. La branche 21 est supprimée et s’inclut dans la branche R. La fiche familiale de ce couple est la suivante :

Jean Bonal né le 18 janvier 1690 à Griffeuilles de Roannes, fils de Jean et Antoinette Moynac, épouse le 26 novembre 1715 à Roannes, Anne « Jeanne » Souquieres, née le 1er février 1684 à Griffeuilles de Roannes, fille de Bernard Souquieres et de Marie Delmas.

Ils ont eu au moins 4 enfants :

  • Marie Bonal, née le 24 janvier 1718 à Griffeuilles
  • Jacques Bonal, né le 24 avril 1721 à Griffeuilles, épouse Jeanne Canis le 20 novembre 1742 à Roannes, ils eurent 6 enfants. Jacques est décédé le 25 mars 1771 à Griffeuilles.
  • Jean Bonal, né le 18 décembre 1725 à Griffeuilles, épouse Marguerite Lacassanhe le 25 juin 1760 à Roannes, 4 enfants sont nés de cette union.
  • Catherine Bonal

GSDS2009

Noël Souquieres de Mourjou

Il était une fois, il y a 150 ans ….

etoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gifetoile2.gif

Dans la nuit du 25 décembre 1858, au village de la Calmette la cheminée d’une ferme fume, il est deux heures, les cris d’un nourisson transpercent le silence de cette nuit étoilée, Géraud s’approche de son épouse Catherine Henric. Son premier enfant, un garçon vient de naître en ce jour de la Nativité, il sera prénommé Noël.

Noël aura deux frères et cinq soeurs, quatre décédent en bas âge. Il passe son enfance dans plusieurs domaines dont son père est métayer ou fermier : Monserrat (Cassaniouze), La Grillère (Lacapelle en Vézie), Peyrune (Cassaniouze), la Rouquette (Calvinet) et enfin le retour à Mourjou au domaine du Mas où son père décéde dans sa quarante quatrième année. Noël l’ainé de la famille a 12 ans, Marie 10 ans, Jean-Baptiste 7 ans et Eugénie 3 ans. Catherine Henric et ses enfants vont s’installer au bourg de Junhac.

Noël devient meunier au moulin-haut de Junhac, il rencontre Louise Bonnet domestique dont le père est également meunier au moulin de Pressoires et l’épouse le 21 janvier 1885. De cette union naît neuf enfants. En 1895, Noël est cultivateur au hameau de Biaubatelle sur la commune de Junhac. Il y décéde le 23 juillet 1940 à l’âge de 81 ans, Noël était un descendant de la branche N.

Lors de la première guerre mondiale, il perd son fils Emile à l’âge de 22 ans, soldat au 92ème Régiment d’Infanterie, Emile est porté disparu le 20 août 1914 pendant les combats de la première offensive française de Sarrebourg en Moselle.

GSDS-MC2008

Clarifications des Souquieres de Saint-Mary

La découverte d’un contrat de mariage par Yvette, clarifie la branche N de Besseyrolles (Saint-Mary), cette branche remonte d’une génération et rejoint la famille déjà identifiée de Durand Souquieres et de Catherine Cabrespines.

Notaire Delarmandie – 3 E 31 34

16.2.1686, à Aurillac et étude du notaire, contrat de mariage :

Pierre Souquière marchand fils à défunts Durand Souquière dit Musou et Caterine Cabrespine, natif et habitant Besseyrolles, St Mary, majeur de 25 ans, maître de ses droits

Caterine Laborie veuve Pierre Muratet, Mougeac, Marcolès

L’épouse majeure et maîtresse de ses droits s’est constitué en dot au dit Souquière tous ses biens meubles et immeubles, noms dettes droits et actions avec pouvoir pour l’époux d’en disposer comme siens propres et en fournir toutes quittances, le constituant son procureur et il sera tenu les reconnaître.
Souquière s’est constitué ses biens et la somme de 750 l qu’il promet utiliser au paiement des dettes et hypothèques de l’épouse.
Les futurs se donnent 100 l pour gain de survie.

Présents : Jean Canet prêtre, Marcolès, cousin à l’épouse
Nicolas Bouygues me menuisier, Marcolès son beau frère
Jean Souquière 2e du nom frère à l’époux, Besseyrolles

La branche N prend naissance avant 1600 à Besseyrolles (Saint-Mary) et débute par la famille :

Durand Souquieres dit Musou (o<1618, +>1682-St Mary) épouse avant 1638 Catherine Cabrespines (o<1622, +>1682-St Mary). Au moins 7 enfants sont nés de cette union :

Pierre né le 9 mai 1638 au village de Besseyrolles, il est décédé en Espagne après 1682

Catherine née en 1640 à Besseyrolles

Jean Aîné né le 12 janvier 1643 à Besseyroilles, il épousa Marguerite Lafontie le 14 février 1684 à Roannes.

Pierre né le 25 avril 1646 à Besseyrolles

Jeanne née le 28 décembre 1649 à Besseyrolles.

Pierre né en 1661 à Besseyrolles, époux de Catherine Laborie, qui s’est installé à Mougeac (Marcolès)

Jean dit le jeune né avant 1662.

Ces modifications seront intégrées dans la mise à jour de la base publique sur le site www.souquieres.fr, elle interviendra les premiers jours de janvier 2009.

                                                 livres.gif

GSDS2008

Souquières : Branche 11 supprimée

Un acte clé a été trouvé aux Archives par Yvette, dans le fonds notarial de Maître Delarmandie. Ce contrat de mariage nous donne les parents de Bernard et permet d’incorporer la branche 11 dans la branche Ea.

Notaire Delarmandie – 3 E 31 28
20.1.1683, à Aurillac, contrat de mariage :
Bernard Souquière laboureur fils à défunts Jean Souquière et Marguerite Revelhac natif du village de la Rode du Fraysse, à présent au village Dangeny ( ?) d’Aurillac, maître de 25 ans de ses droits.
Jeanne Fraissy couturière, fille à Antoine Fraissy laboureur, village de Bouches ( ?), Aurillac.
Les parents de la future lui donnent 200 l, 1 lit de 30 l, plat, assiette, écuelle d’étain, savoir 200 l du chef du père et 30 l de la mère.
Les époux se donnent 30 l comme gain de survie.
Antoine Souquière frère à l’époux est présent.

La base publique Généalogies Souquière(s) sera remise à jour dans les premiers jours de Janvier 2009. La version 13 est accessible sur le site www.souquieres.fr

                                                  livres.gif

 GSDS2008

123456

  • Album : Enseigne 2011
    <b>1preparationdesporteursdedrapeaumauriceetalain.jpg</b> <br />

Recherche dans les Archives

Cette recherche s'effectue exclusivement dans les articles et pages publiés.

Recherche Patronymes

Pour une recherche patronymique dans la base des Généalogies Souquiere(s), visiter la page Patronymes

Auteur : MyC

souquieres


Fédération Régionale des MJ... |
Aides aux démunis du Cambodge |
Nous les retraités (ées) CG... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 4L TROPHY 2009 - Tech de Co...
| Association des Résidents d...
| Les illusions de la Lionge